jeudi 21 septembre 2017

✺ L'aube sera grandiose d'Anne-Laure Bondoux ✺


Ce roman est une épopée familiale complètement abracadabrante qui a su me captiver dès les premières pages (et me voler quelques heures de sommeil au passage) !

Anne-Laure Bondoux est une auteure dont j’avais adoré les deux romans précédents (Tant que nous sommes vivants et Et je danse, aussi) et dont j’attendais avec impatience le nouveau roman. J’ai lu le résumé par curiosité en le recevant mais peu m’importait de savoir de quoi il était question ici, je savais que j’allais le lire de toute manière !

Forcément j’ai été très intriguée par ce résumé très énigmatique qui laisse imaginer une histoire assez folle et par l'illustration juste magnifique et je n’ai pas pu résister à me plonger immédiatement dedans.

On y retrouve une mère et sa fille, Titania et Nine, mais aussi tellement plus de personnages haut en couleur par la suite. Dès les premières pages je me suis laissée porter par la plume d’Anne-Laure Bondoux et j’ai découvert avec autant d’intérêt que Nine l’histoire très rock'n'roll de la vie de sa mère, l’histoire de sa famille et de ses origines. 

Le récit de ce passé abracadabrant est entrecoupé par les échanges entre les deux femmes de nos jours ce qui permet de garder un ancrage dans le présent, et on sent la tendresse qui les lie malgré la fatigue qui se fait sentir à mesure que le temps passe pendant cette nuit de révélations, le ressentiment qu’éprouve Nine envers sa mère au début du roman puis qui se mue peu à peu en intérêt non dissimulé.

En parallèle, la curiosité initiale du lecteur se transforme peu à peu en intérêt marqué à mesure que Nine se laisse elle aussi emporter par ce récit un peu fou, ces rebondissements incessants qui ont rythmé l'enfance de sa mère, ces pères successifs que l'on apprend à apprécier malgré tout ce qu'on pouvait leur reprocher au premier abord... tous ces éléments qui, accumulés, constituent la réalité du passé que Titania a caché à sa fille depuis sa naissance.

Alors non, je n'ai pas eu de coup de cœur pour ce roman (je crois que je deviens trop exigeante...) mais je ne peux que vous encourager à vous plonger dans ce récit tellement vivant et à découvrir tous ces personnages que l'on côtoie au fil des pages.

Soirée de lancement :

La soirée a eu lieu la veille de la sortie du roman à la librairie Le Merle moqueur. Je ne connaissais pas cet endroit donc j'étais ravie de profiter de cette occasion pour le découvrir avec ma binômette Aloïse du blog Les tribulations culturelles de Lou et son amie Alix qui tient le blog Les mots d'Arva.

La soirée a commencé par une lecture d'extrait par Anne-Laure Bondoux et sa fille Coline (l'illustratrice des pages intérieures du livre) et c'était génial de voir les scènes que j'avais lues auparavant sur papier prendre vie et de voir la complicité entre la mère et la fille. Elles ont ensuite répondu aux questions posées par Nathan (Le cahier de lecture de Nathan) qui animait la soirée, et d'en apprendre plus sur les origines de ce roman, le processus d'écriture d'Anne-Laure Bondoux, comment Coline Peyrony s'est retrouvée impliquée, à quel point les personnages leur ressemblent ou non... et tout plein d'anecdotes et de clés de lecture qui permettront aux personnes n'ayant pas encore lu le livre de mieux le comprendre (et qui m'ont donné très envie de le relire !). 

Et voilà une petite photo prise pendant la lecture d'un extrait :


Résumé :

Ce soir, Nine devait aller à la fête de son lycée. Mais Titania, sa mère, en décide autrement. Elle embarque Nine vers une destination inconnue, loin, jusqu'à une cabane isolée au bord d'un lac. Il est temps pour elle de lui révéler l'existence d'un passé soigneusement caché. Il est temps de raconter à sa fille un passé qu'elle lui a soigneusement caché jusqu'à maintenant. Commence alors une nuit entière de révélations... Flash-backs, souvenirs souvent drôles, parfois tragiques, récits en eaux troubles, personnages flamboyants... Nine découvre un incroyable roman familial. Et quand l'aube se lèvera sur le lac, plus rien ne sera comme avant.

Une épopée familiale haletante et jubilatoire, par l'auteur des Larmes de l'assassin et de Tant que nous sommes vivants.

dimanche 23 avril 2017

Rage d'Orianne Charpentier


Résumé :

RAGE... C'est le surnom que son amie lui a donné. C'est désormais ainsi qu'elle se nomme, pour oublier son nom d'avant, celui de son enfance, d'avant l'exil, la déchirure. Rage a eu affaire à la violence des hommes, de la guerre. Et la voilà réfugiée en France, seule, sans aucun repère. Telle une bête traquée, elle se méfie de tous. Une nuit, sa route croise celle d'un chien, apparemment dangereux, blessé, maltraité. Le sauver devient une nécessité...

Un récit tendu comme une nuit décisive où se joue l'essentiel. Une analyse psychologique délicate et juste, sous l'écriture ciselée d'Orianne Charpentier. Une histoire d'émotion contenue à lire d'une traite.

Mon avis :

Je tiens à remercier les éditions Gallimard Jeunesse pour l'envoi de ce tout petit roman au contenu si fort. J'avoue avoir eu un tout petit peu peur au début quand je l'ai sorti de l'enveloppe et que j'ai lu le résumé. Compte tenu du sujet, je craignais de lire un livre plombant tombant dans les clichés et le pathos et surtout, vu la finesse de l'ouvrage, je redoutais que l'auteure se contente de survoler le thème, de rester en surface…

Comme souvent avec les livres que je reçois, j'ai choisi de ne pas écouter mes préjugés et de me lancer dans cette lecture sans en attendre quoi que ce soit. J'ai très bien fait car j'ai été très agréablement surprise par ce roman qui pourtant ne paie pas de mine au premier abord.

Si l'on connait les grandes lignes de ce qu’a traversé Rage, l'auteure a fait le choix de ne pas revenir dessus en détail par la suite. L'intrigue se concentre donc essentiellement sur la vie de la jeune fille en France, sa quête d'intégration, sa difficulté à trouver sa place dans ce nouveau pays, dans cet environnement hostile. Et puis un soir Rage trouve un chien blessé, un animal perdu, dérouté, et ce chien devient sa priorité car elle s'identifie à lui, elle voit en cet être en détresse qui n’a rien demandé à personne son propre reflet.

Aidée par son amie et par un jeune homme rencontré lors de la soirée à laquelle elle était, la jeune fille va alors tout mettre en œuvre pour lui venir en aide et le protéger.

C'est une histoire touchante, c'est la quête d’identité d’une jeune réfugiée qui, en se cherchant elle-même, va chercher à venir au secours d'un autre être vivant et va lier avec cet animal un lien aussi profond que surprenant. En effet, si une jeune femme l'a prise sous son aile à son arrivée, Rage a du mal à se confier, à faire confiance aux autres, et cette aventure va l'aider à se libérer .

On ne connaîtra pas son prénom mais ce n'est qu'un détail et on l'oublie vite afin de se concentrer sur l'intrigue principale. Même le passé de Rage passe au second plan et l'on prend plaisir à en découvrir quelques bribes glanées de-ci de-là au gré du roman sans que cela prenne le pas sur l'aventure de Rage qui s'écrit au présent, aux côtés de ce chien et de ses acolytes le temps d'une soirée où tout devient possible.

C'est un livre relativement court mais il n'en est pas moins fort et touchant. On sent la dureté de ce qu'a vécu Rage dans les non-dits et dans sa manière d'être avec les autres, et c'est émouvant de voir sa carapace se fissurer peu à peu dès lors que ce chien apparaît dans sa vie, de la voir peu à peu se libérer du poids de ce qu'elle a vécu qui semblait jusque-là peser sur ses épaules.

dimanche 2 avril 2017

C’est le 1er, je balance tout ! #3


Lupiot du blog Allez vous faire lire a lancé un nouveau rendez-vous livresque dont j'aime beaucoup le principe et voilà en quoi il consiste : 

"Le principe ? Quatre trucs à balancer !
  • Le Top & Flop de ce que vous avez lu le mois-dernier.
  • Au moins 1 chronique d’ailleurs lue le mois dernier.
  • Au moins 1 lien que vous avez adoré le mois dernier (hors chronique littéraire).
  • Et enfin : ce que vous avez fait de mieux le mois dernier." 
Plutôt simple n'est-ce pas ?! Allez c'est parti :

1. Je balance : le Top & Flop de ce que j'ai lu le mois dernier

Commençons par le commencement : les livres que j'ai lus ce mois-ci.





Je crois qu'on peut dire que j'ai beaucoup lu en mars et je me suis aventurée dans de la romance, du young adult, mais aussi de la fantasy et du contemporain. Ce fut donc un mois très riche et je dois dire que ça me plaît beaucoup !!

Ce mois encore, je n'ai pas de gros flop à signaler, simplement un livre qui m'a moins emballée que les autres : Le maître de Kresley Cole. J'avais envie de tester la nouvelle collection romance de J'ai lu (Love addiction) et je suis contente de l'avoir fait mais je ne suis pas sûre de retenter l'expérience tout de suite car ce n'est pas vraiment le genre de romance que j'apprécie en temps normal ^^

Autre mini déception malgré un très bon moment de lecture : Seulement si tu en as envie... de Bruno Combes. Le résumé m'intriguait énormément sauf que je me suis rendue compte au fil de ma lecture que ce même résumé m'avait spoilé les 50 dernières pages... Mais cela ne m'a pas empêché de beaucoup apprécier ce livre !

Pour ce qui est des tops, j'en ai 2 à mentionner et il s'agit de 2 relectures (comme quoi mes goûts ne changent pas trop malgré les années qui passent) ! On a donc pour commencer Indécent de Colleen Hoover, une romance à la frontière entre le young adult et le new adult écrite par une auteure dont aucun des livres que j'ai pus lire jusqu'ici ne m'a déçue.

And last but not least : L'héritage des rois-passeurs de Manon Fargetton. Ce roman de fantasy rassemble tout ce qui me plaît avec un univers très développé, une mythologie riche et maîtrisée, et des petites touches qui ne sont pas sans rappeler les livres incroyables de Pierre Bottero et la magie qui entourait tous ses romans que j'aime d'amour. Après ce coup de cœur renouvelé, je me plongerai en avril dans Les illusions de Sav Loar et il me tarde déjà de retourner en Ombre !

2. Je balance : au moins 1 chronique d’ailleurs que j'ai lue le mois dernier

Ce mois-ci je me suis baladée sur un nouveau blog livresque mais aussi culturel : celui de ma binômette Aloïse. Elle a changé de plateforme et le rendu est vraiment sympa, je vous invite à aller y faire un tour pour découvrir ses Tribulations culturelles !

3. Je balance : au moins 1 lien que j'ai adoré le mois dernier (hors chronique littéraire)

Ce mois-ci je me suis penchée un peu plus attentivement sur le phénomène des bullet journals qu'on voit de plus en plus sur Instagram entre autres. Me baladant de compte en compte je me suis dit que ça pourrait être sympa de me lancer et d'en commencer un à mon tour. Affaire à suivre donc et en attendant voici quelques liens vers des comptes Instagram/Youtube que je trouve très inspirants : 
- Bulledop
- Malin Olivia 
- Focusign

4. Je balance : ce que j'ai fait de mieux le mois dernier

Difficile de faire du tri vu le mois surchargé que j'ai eu et qui est pour l'instant le meilleur de l'année !

Mais je crois que mon meilleur souvenir de ce mois qui vient de s'achever reste le salon du livre et tout ce qui s'est passé pendant ce week-end ultra chargé et juste parfait ! Entre l'inauguration le jeudi, les conférences le vendredi matin, un concert de jazz le soir, le salon samedi et dimanche, sans oublier l'incroyable concert de Lindsey Stirling le samedi soir, j'ai passé le week-end à courir mais je n'en regrette pas une seule seconde !!

        

En bref, le mois de mars a été dingue à tous les niveaux et je croise les doigts pour qu'avril soit tout aussi génial :)

mardi 14 mars 2017

Flora Banks d'Emily Barr


Résumé :

Le livre que vous n'oublierez jamais.
DIX
L’âge que j’avais quand mon cerveau s’est détraqué.

HUIT
Années de validité de mon passeport.

SIX
Le nombre de personnes qui me cherchent au Spitzberg, dans l’Arctique.

QUATRE
L’âge auquel j’ai rencontré ma meilleure amie.
Je ne dois plus jamais l’appeler, ni lui envoyer de SMS.

DEUX
Deux cailloux noirs. L’un m’appartient, l’autre est à Drake.
Je le rejoindrai, où qu’il soit.

UN
Un souvenir. C’est tout ce qu’il me reste.

Mon avis :

L'histoire commence lors d'une fête à laquelle Flora assiste. Elle a 17 ans, elle vit à Penzance et cette fête a été organisée pour le petit ami de Paige, la meilleure amie de Flora, qui part étudier dans l'Arctique. Jusque-là tout semble normal et pourtant Flora est tout sauf une fille comme les autres : depuis l’âge de 10 ans, elle souffre d’amnésie antérograde ce qui lui fait perdre la mémoire toutes les 2 heures environ. Elle n’a donc aucun souvenir fixe depuis ses 10 ans et se « souvient » des choses à l’aide d’un certain nombre de subterfuges qu’elle a mis au point : écrire sur ses bras, sur des post-it, sur un carnet… bref, écrire les choses pour pouvoir se les remémorer par la suite.

Pourtant, lors de cette fête, un événement va venir chambouler sa vie et tout remettre en question : Flora se souvient ! Elle a un souvenir qui persiste malgré le temps qui passe et reste gravé dans sa mémoire. Ça la travaille, ça change tout, et surtout ça lui donne de l’espoir. Et c’est armée de cet unique souvenir qu’elle va se lancer à corps perdu dans une folle aventure, elle qui a toujours vécu dans un cocon surprotégé, persuadée que son avenir en dépend.

Pendant presque 400 pages, nous suivons donc Flora dans son quotidien si particulier. On assiste à ses pertes de mémoire régulières, à sa démarche de reconstitution qui survient toujours après, processus de réappropriation de son propre passé qui prend un peu au dépourvu le lecteur au début tant c’est un élément d’intrigue inhabituel. Puis on s'y habitue peu à peu et cela devient presque normal, cela fait partie intégrante du quotidien de Flora et survient de manière régulière au fil de ses pérégrinations.

C’est un roman dépaysant et Flora est un personnage très attachant, ce qui fait que le lecteur se laisse vite embarquer à ses côtés dans cette incroyable aventure. Les pages se tournent à une vitesse folle et ce page turner à l’intrigue assez unique a su me captiver du début à la fin pour mon plus grand plaisir de lectrice !

Merci à ma binômette qui a eu un coup de cœur pour ce roman et m’a poussée à le lire, je ne suis pas sûre que je l’aurais lu sans ça ce qui aurait été bien dommage. Une chose est sûre : je n'oublierai pas Flora.

Et voici la bande annonce du livre :


A lire si :
- Vous avez envie d'un roman young adult dépaysant
- Vous avez envie de lire l'histoire d'une héroïne forte et indépendante

Passez votre chemin si :
- Les romans d'aventure ne sont pas votre tasse de thé

jeudi 9 mars 2017

☼ Je suis ton soleil de Marie Pavlenko ☼


Résumé :

Déborah démarre son année de terminale sans une paire de chaussures, rapport à Isidore le chien-clochard qui s’acharne à les dévorer. Mais ce n’est pas le pire, non. Le pire, est-ce sa mère qui se met à découper frénétiquement des magazines ou son père au bras d’une inconnue aux longs cheveux bouclés ? Le bac est en ligne de mire, et il va falloir de l’aide, des amis, du courage et beaucoup d’humour à Déborah pour percer les nuages, comme un soleil.

Mon avis :

Je tiens à remercier les éditions Flammarion jeunesse pour ce partenariat et pour l'invitation à la soirée de lancement de ce livre, sans cela je ne suis pas sûre que je l'aurais lu et je serais passée à côté d'une véritable petite pépite ! D'ailleurs, pour ceux que ça intéresse, vous trouverez quelques photos du lancement à la fin de l'article :)

Quand j'ai reçu le communiqué de presse présentant le résumé du livre, j'ai eu un petit doute car je n'étais pas sûre qu'il allait me plaire. Je m'explique : j'avais peur qu'il s'agisse d'une énième histoire de lycéenne mal dans sa peau au schéma un peu classique... J'ai pourtant voulu tenter l'expérience et je n'ai clairement pas été déçue de l'avoir fait ! Dès les premières pages, Déborah nous entraîne à ses côtés dans son quotidien et on en redemande à peine le livre fermé pour aller manger ou dormir.

Déborah est une jeune fille de 17 ans à laquelle n'importe quel lecteur peut s'identifier. Elle n'est pas incroyablement brillante, elle n'est pas hors norme, et ça fait du bien ! Parce que bon, qu'on se l'avoue, les héroïnes bad ass et hors du commun c'est bien sympa, mais ça n'existe pas dans la vraie vie. Alors que Déborah, c'est typiquement le genre de jeune fille qu'on a pu croiser dans les couloirs du lycée ou qu'on a été. Déborah c'est un peu moi pour beaucoup de raisons et voici la principale : j'ai vécu ce qu'elle vit avec ses parents l'année de mon bac moi aussi (en un peu plus soft mais quand même) donc forcément je me suis très vite sentie proche d'elle. Par contre je n'ai pas son sens de l'humour, chose que je regrette beaucoup ^^

Débo est un vrai soleil, le genre de personnage qui illumine la journée d'un lecteur avec son incroyable sens de l'humour et de la répartie, son chien obèse et tellement attachant, ses amis qu'on aimerait avoir à nos côtés également... bref, Débo, cette jeune fille dont la vie se retrouve complètement chamboulée du jour au lendemain, est la clé d'un roman passionnant, elle est l'astre autour duquel toute l'intrigue gravite et grâce auquel tout fonctionne aussi bien et sonne aussi juste.

Des thèmes nombreux et variés sont abordés au fil des pages, et notamment le divorce, le premier amour, la dépression et le harcèlement pour ne citer que ceux-là. Ce ne sont pas juste des thèmes abordés au hasard, ils font tous partie intégrante du livre, ils servent à la construction de l’intrigue et sont à chaque fois suffisamment approfondis, que ce soient des thèmes fil rouge ou plutôt des thèmes ponctuels mais tout aussi importants et bien développés. De plus, ce sont des choses que l’on a tous connu de près ou de loin quand on était adolescent et qui sont traitées avec du recul sans tomber dans le pathos, juste traitées de la manière adéquate.

Dans ce roman on découvre des personnages attachants et intéressants et également des personnages secondaires très développés ce qui donne de la profondeur au roman et apporte d’autant plus de crédibilité et de relief à l’intrigue tout en permettant au lecteur de s’attacher à eux.

L’humour est omniprésent dans ce roman et particulièrement bien dosé, je ne compte pas le nombre de fois où j’ai éclaté de rire en tournant les pages de ce roman que ce soit chez moi ou dans le métro (ce qui fait que les gens me regardaient bizarrement mais honnêtement j’étais trop prise dans ma lecture pour m’en soucier !). Des références excellentes viennent compléter la liste des nombreux points qui font l'originalité de ce livre, je pense notamment à celle à Harry Potter qui m’a fait hurler de rire tant elle était bien placée. Juste parfait !

Ce roman se construit donc sur une intrigue assez simple en apparence mais qui fonctionne plus que bien et rend ce roman addictif : on a du mal à le lâcher parce que ça fait du bien de lire un livre pareil et on ne veut pas quitter Débo et les autres. Je plaide coupable, je me suis laissée tellement embarquer le dernier soir que j’ai refermé le livre vers 3h30 en me disant que je quittais des amis. J’étais un peu triste mais c’était parfait.

Ce roman est un feel good book par excellence, c’est simple et c’est ça qui plaît ! A mettre d’urgence entre toutes les mains !!

A lire si :
- Vous avez envie d'une bonne dose de bonheur en boîte
- Vous aimez les romans contemporains
- Vous aimez les chiens obèses (Isidore mon amour !), les coquillettes et le soleil

Passez votre chemin si :
- Si rien du tout, lisez ce livre, un point c'est tout !! A moins de détester les romans YA (là c'est une autre histoire), je ne vois pas de raison de ne pas aimer ce livre et croyez-moi vous ne le regretterez pas !

Et comme promis, voici quelques photos de la soirée de lancement :



Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...